12/19/2005

Viva Zapatero!

Comme nous l'avions évoqué dans un précédent article, la situation en Italie, concernant les libertés fondamentales, est angoissante. Le film Viva Zapatero!, réalisé par la controversée Sabina Guzzanti, femme de Gauche, qui déjà en 2004 avait dénoncé le manque de pluralisme en Italie, quant aux media. L'avant-première aura lieu demain, au Caméo, accompagnée d'un débat sur la situation guère reluisante de l'Italie. Berlusconi possède à lui seul plusieurs chaînes de télévision publiques et privées, et autres media. Aussi, des émissions qui le critiquent sur ces chaînes sont quasi inexistantes. La corruption a encore hélas encore de l'avenir dans les milieux politiques italiens... L'opération "mani pulite" n'aura servi à rien, ou presque.
Un débat au MJS sur la question serait vraiment intéressant. Nous pourrions faire intervenir un de nos camarades des Giovani Socialisti...
A bon entendeur...

12/14/2005

Positive attitude...

"Nous sommes une grande nation, qui a connu des épreuves et la grandeur. Il y a dans notre histoire des combats exemplaires, l'affirmation d'idéaux qui font notre fierté". Dominique de Villepin.
Aussi, l'idéal de la colonisation, qui aurait un rôle positif, doit être celui de la France et de nos enfants...
C'est hors de question. ERASME, tout comme le reste de la Gauche, s'insurge devant cet autisme et cette imposture intellectuelle du Premier Ministre. Nous demandons l'abrogation de cette loi, et vous demandons d'aller signer l'appel lancé par différents personnalités de Gauche: www.abrogation.net. La République n'a pas à déterminer l'Histoire, surtout quand sa vision est fausse et scandaleuse.
Rejoignez l'appel.

Résultats


Les chiffres sont tombés: Razzye Hammadi, militant varois du MJS, est devenu Président du MJS, avec 92% des voix. Nous lui souhaitons bonne chance, pour rassembler les Jeunes Socialistes et permettre aux minorités de s'exprimer.
Nous saluons également Dorothée Bernard, devenue membre du BN. Espérons que son action, nationalement, sera plus convaincante que localement, où les méthodes douteuses ont fait écho au bilan assez médiocre du travail d'NG. Nous continuons nénamoins à proposer notre collaboration, notamment dans le cadre des instances fédérales. Ainsi, pour une fois, les minorités seraient représentées, et respectées.

11/28/2005

De la droite et sa vision de l'éducation...

"Sa proposition [celle de Villepin] d’autoriser l’apprentissage à 14 ans, faite devant l’Assemblée nationale le 8 novembre,est arrivée alors que les services du ministre de l’éducation nationale n’avaient encore rien prévu sur le sujet.Depuis, les discussions entre ministres et conseillers vont bon train. Il s’agit d’imaginer un dispositif dérogeant à la législation actuelle du travail, puisqu’il abaisse l’âge de l’apprenti, et permettant un encadrement renforcé. Il faut, aussi, trouver des accords avec des entreprises parfois réticentes devant la jeunesse et l’inexpérience de ces apprentis « juniors ». Afin de ne pas braquer les syndicats, Matignon refuse de parler de loi sur l’éducation,mais évoque une « loi sur l’égalité des chances »." Le Monde, aujourd'hui.
Il y a plusieurs choses qui peuvent choquer les socialistes que nous sommes dans ce projet:
- L'apprentissage à 14 ans ne vise qu'à la précarisation des jeunes, et non à leur formation. Le plus inquiétant est que le Premier Ministre ne sait même pas de quoi il parle: ses conseillers réfléchissent seulement à un éventuel projet! Preuve, s'il en est, que le Premier Ministre n'a pas entendu l'imprécation des banlieues, et continue dans sa stratégie présidentielle. Face à l'excité Sarkozy, qui répond par les flash-balls, Villepin veut nous faire croire qu'il a un projet, "pondu" dans l'urgence, qui fait frémir. A quand un CNE spécial ado? Il est nettement plus intéressant d'avoir effectivement un grand projet pour l'apprentissage, mais qui ne se traduise pas par un abaissement de l'âge!
- De Villepin, et d'autres, parlent d'un "socle minimum de connaissances". Ainsi, la vocation de l'Education Nationale ne serait plus d'éduquer nos enfants, mais de les instruire. Nous revenons à la IIIème et son ministère de l'Instruction Publique, en somme. Le but est de leur donner un "passeport" minimum, pour qu'ils aient au moins le bac, et ensuite on les lâche dans la nature. Selon ERASME (et les autres camarades du MJS partagent certainement cette analyse), il ne doit pas y avoir de normalisation des élèves. Ce n'est plus de la massification. Il faut faire en sorte qu'un maximum d'élèves arrive au plus haut dans les études, et non que l'ensemble des élèves ait un socle commun.
- Enfin, la notion même d'égalité des chances peut choquer les socialistes que nous sommes. Nous devons défendre le concept d'égalité des possibles. Selon Eric Maurin, économiste, la différence est de taille: "Par égalité des chances, on entend généralement l’égalité de traitement des individus par les institutions d’évaluation et de sélection sociale que sont l’école ou l’entreprise par exemple. Dans un objectif de justice sociale, cette notion est insuffisante dans la mesure où elle oublie que les individus arrivent fondamentalement inégaux devant ces institutions. Chacun d’entre nous est le produit d’une histoire personnelle plus ou moins heureuse, dont il n’est pas responsable et il est profondément injuste de le nier. Pour progresser vers davantage de justice sociale, le plus difficile est de définir les causes des inégalités dans la constitution même de chaque personne. C’est un processus de long terme qui commence dans la petite enfance et se poursuit au long de l’histoire familiale notamment. On ne règlera pas le problème de l’injustice sociale simplement en rendant les mécanismes de sélection moins inégalitaires. Il faut avant tout donner les moyens aux enfants et aux individus de se construire. D’où l’égalité des possibles."

11/22/2005

Monsieur N.

En tant que Jeunes Socialistes, il est de notre devoir de faire circuler un maximum cette vidéo d'une acuité extraordinaire sur la politique de Sarkozy, réalisée par la fédé MJS d'Indre-et-Loire.
Monsieur N.

1er jour de grève à la SNCF...

1er jour de grève à la SNCF... et la direction négocie déjà... La crainte des employés face à une possible privatisation est tout à fait justifiée... L'exemple récent d'EDF est un aperçu de ce qui, à terme, pourrait se poursuivre. Les employés, fortement hostiles à ce projet, ne comptent pas relâcher leur attention, et c'est tant mieux. "L'importance du rapport de forces engagé à obligé la direction à recevoir les organisations syndicales", a estimé FO-cheminots.
L'entreprise a annoncé le doublement de la prime, dite "gratification d'exploitation", accordée aux employés "en raison des performances positives constatées depuis le début de 2005".
Et l'UMP qui condamne une grève qu'elle juge "inutile"... Sarkozy compte-t-il nettoyer les gares au kärcher, une fois encore?

Libertà... o omertà?

Une petite discussion avec une jeune Italienne de 22 ans.
La vision italienne de la politique n’est évidemment pas la même que la nôtre : nous n’avons pas la même Histoire, nous n’avons pas la même tradition politique. Mais une chose est profondément marquante : la diversité du paysage politique italien : pas moins de 10 partis politique au Parlement ! Mais ne nous y trompons pas : cet envahissement des partis n’est pas le signe d’une démocratie italienne en bonne santé. En vérité, Silvio Berlusconi, dans son habileté grossière, a décidé de faire appliquer la proportionnelle pour les législatives. Le geste, en France, serait perçu comme louable : les socialistes militent pour l’introduction d’une dose de proportionnelle dans les législatives. Mais la manœuvre est sournoise : Berlusconi vient de faire passer une loi qui lui permettra de « sauver les meubles » lors des prochaines élections. La perspective de finir ses vieux jours en prison, comme notre gentil Président, ne l’enchante guère. ERASME condamne cette pratique politique qui vise à instrumentaliser la démocratie et le vote des citoyens pour un intérêt personnel. La démocratie n’est pas, hélas, en danger qu’en France. En outre, les résultats du rapport « Liberté de la presse » de la Freedom House sont encore plus éloquents : l’Italie est placée 77ème, au même rang que la Bolivie !! Vivement 2006 et les prochaines élections, pour que l’Italie subisse un vrai changement : il est navrant que les différents scandales dits « de Tangentopoli », qui avaient fait sauter la 1ère République italienne, n’aient rien changé.

11/21/2005

Blog du MJS 54

Le MJS Meurthe-et-Moselle a décidé il y a peu de créer son propre blog. C'est une bonne chose. Cela lui permet de se donner une image neuve, plus ouverte sur le monde qui l'entoure, et d'avoir une communication directe avec ses militants, ses sympathisants, ou avec les citoyens de Meurthe-et-Moselle et d'ailleurs.
Seulement, la communication pourrait être davantage directe. Le problème d'un blog est qu'il ne permet pas aux utilisateurs non-administrateurs de poster leurs idées, leurs messages.
Voilà pourquoi ERASME propose la création d'un forum du MJS Meurthe-et-Moselle, afin d'élargir les débats et enrichir les propositions du MJS.
Marianne (NG) nous a proposé d'en parler après le congrès de Paris. Nous restons dans l'expectative.

NPS: suivra, suivra pas?

Samedi soir au Mans, le courant Nouveau Parti Socialiste a pris le risque d'imploser en acceptant un accord dans lequel la direction du PS refusait d'inscrire le passage à la VIe République, chère à Arnaud Montebourg. Le député de Saône-et-Loire et quatre de ses proches n'ont pas pris part au vote.
Etrange... Au sein même de NPS, deux tendances semblent s'afficher: une qui cherche la synthèse, en vue d'une victoire en 2007, quitte à laisser du terrain, et l'autre, intransigeante. La motion 1, elle, a fait de grands efforts, et a oeuvré pour le consensus: revendication du "Non" français, abrogation des lois anti-sociales...
La situation se répercute en Meurthe-et-Moselle, où Bertrand Masson n'accepte pas de jouer le jeu: il refuse de retirer sa candidature.
Nous devons tout faire pour que Pascal Jacquemin soit vainqueur, et que le Parti socialiste soit uni pour affronter les prochaines échéances électorales! ERASME le dit dans sa motion: notre objectif, c'est 2007.

No Comment.

Dans la rubrique "No Comment"... nous laissons la part belle aux sons.
Brèves de comptoir au Congrès du PS

Notre motion

Mes chers camarades,
Ce n'est pas sans une certaine fierté que nous vous présentons la motion C, "Pour un avenir à gauche, redonnons l'espoir". Après bien des nuits de travail, notre production est d'une haute qualité politique et l'équipe d'ERASME nationale a tenu à féliciter "l'ensemble de ceux qui ont pu y participer d'une manière ou d'une autre, et bien sûr particulièrement ceux qui luttant contre les problèmes ont passé les nuits dernières devant leur écran à lutter aussi contre leurs paupières tombantes" (sic)... Nous espérons que vous saurez apprécier cette motion, qui certes n'est pas parfaite (mais quelle motion peut prétendre à la perfection?), mais est représentative de nos idéaux, de nos convictions, de nos propositions.
Vivement le vote...
Voir la motion C "Pour un avenir à gauche, redonnons l'espoir!"

11/18/2005

Violences dans les banlieues

"Ni Putes Ni Soumises dénonce la volonté de certains d'instrumentaliser les évènements tragiques que vit notre pays dans le but d'ethniciser et de confessionnaliser le débat au risque d'aboutir à la balkanisation de la République"
Nul besoin de deviner de qui l'association veut parler... Mais ce qui est le plus étonnant, c'est l'attitude des media. Sur Arte, on entendait un homme dire: "On en parle, on en parle, mais dans une semaine, vous verrez, plus personne n'en parlera. Alors que ça fait des années que ça dure!"
N'est-ce pas ce qui est en train de se produire?
2 secondes au journal de TF1, entre le reportage sur le coordonnier de l'Allier et les commentaires de JPP sur la météo... On étouffe le phénomène, on le laisse aux émissions qui tentent de l'aborder en profondeur, celles qu'hélas, peu de gens regardent...
Nous devons tout faire, au MJS comme au PS, pour que ces révoltes servent à secouer l'opinion publique des Français! L'actualité ne se résume pas seulement à la grippe aviaire...

11/17/2005

Au pays des skinheads!

Un reportage sur France 2, qui fait froid dans le dos: 60 ans après la chute du nazisme, et plus de 10 ans après la chute du communisme, la Russie, la jeune Russie, bascule dans ce que le journaliste de France 2 appelle pudiquement "nationalisme". Les croix gammées, elles, font plutôt penser à du nazisme! "Union slave", tel est le nom d'une organisation de jeunes skinheads, ultra-violente, et paramilitaire! Avec la complicité de l'Etat russe, certains jeunes peuvent procéder à des contrôles d'identité, pour expulser ou tout bonnement frapper les malheureux étudiants étrangers!
On ne peut qu'être effrayé devant un tel basculement, de l'extrême gauche à l'extrême droite, et face à cette montée de violence, la complicité de la Russie inquiète...